Deux semaines. C'était le temps depuis lequel Kate avait quitté le loft, mais aussi quitté Castle. Elle ne l'avait pas fait parce qu'elle ne l'aimait plus, bien au contraire elle l'aimait plus que jamais, mais elle faisait cela pour le protéger et pour lui éviter d'avoir des ennuis ou même de se faire tué. Elle même savait qu'elle était en danger, mais elle préférait se sacrifier, et que Castle reste en vie. Elle était prête à mourir pour lui, sans hésiter. Mais cette séparation, tous les deux la vivaient très mal. Surtout Castle qui pensait être fautif du départ de sa femme, alors que pas du tout. Tous les matins, il se réveillait dans son lit, se relevait et regardait la place vide à côté de lui qui était normalement occupée par l'amour de sa vie. Un matin, complètement désemparé, Castle se mit à pleurer. L'écrivain n'arrivait plus à vivre dans cette situation, il avait besoin de Kate pour être heureux. Tout retourné, il se saisit de son téléphone et composa le numéro de Kate. N'ayant pas de réponse, il décida de laisser un message sur sa messagerie, en espérant qu'elle l'écouterai.


Kate... mon ange, c'est moi. Je sais que tu as besoin de temps, et que tu m'as demandé de te donner de l'espace mais... mais je ne peux pas vivre ainsi. Je ne peux pas vivre sans toi Kate. J'ai besoin de toi, je t'en supplie reviens... reviens-moi Kate... Je t'aime, je t'aime plus que tout et je t'aimerai toujours. Tous les deux nous pouvons surmonter ça comme à chaque fois. Reviens à la maison, je t'en prie ma chérie. Ma femme me manque, j'ai besoin d'elle pour être heureux, pour vivre.


Castle raccrocha, il ne pouvait pas continuer son message. Il posa son téléphone et enfouit sa tête dans l'oreiller de Kate qui avait toujours son parfum pour camoufler ses pleurs, ses sanglotements. Ce dernier ne quitta pas son téléphone de la journée au cas où il aurait une réponse de Kate, mais rien.
De son côté, la jeune femme écouta le message le soir en rentrant du commissariat. Dès les premiers mots de Castle, son coeur se brisa. La voix de son mari était complètement brisée, fragile. Jamais elle ne l'avait vu dans un tel état de vulnérabilité. La jeune femme s'écroula en larmes sur le sol avant même d'avoir fini d'écouter le message.


-"Mon mari me manque aussi; murmura-t-elle."


Kate tenta de se calmer mais elle ne cessait de sangloter et pleurer. Elle attrapa ses clés de voiture pour aller au loft. Une fois arrivée au pied du bâtiment, elle sécha ses larmes, qui n'avaient pas arrêté de couler, avant de sortir de la voiture et monter jusqu'au quatrième étage. Se tenant debout face à la porte du loft, elle frappa trois fois et entendit des bruits de pas venir de l'autre côté, de l'intérieur. C'est Castle qui ouvrit la porte. Leurs regards s'accrochèrent imméiatement. Tous les deux avaient l'air détruits, ils avaient les yeux rouges et gonflés à cause de toutes les larmes qu'ils avaient versées.


-"Kate; murmura Castle en la regardant intensivement.
-Rick; dit-Kate d'une voix brisée. Est-ce que je peux revenir à la maison?"


Castle ouvrit la porte de la manière la plus grande possible avant d'ouvrir ses bras. Kate prit immédiatement refuge dans ses bras et Castle resserra ses bras autour d'elle. Jamais il ne l'avait serrée aussi fort contre lui, il avait tellement peur que ce ne soit qu'un rêve qu'il la serra d'avantage contre lui. Les larmes de Kate redoublèrent, Castle versa plusieurs larmes lui aussi. Ses mains se baladaient dans le dos, les cheveux de sa femme. Tous les deux étaient tellemet heureux de se retrouver.


-"Pourquoi tu le demandes Kate? C'est ta maison, tu y entres quand tu le désires mon ange."


Kate releva la tête et attrapa le visage de Castle entre ses mains avant de l'embrasser encore et encore. Le baiser avait un léger goût salé à cause de leurs larmes qui se mélangeaient mais ça ne changeait strictement rien à la passion et la tendresse qui y était.


-"Je ne peux pas être heureuse si je ne suis pas Madame Castle; murmura Kate. De même que si je ne suis pas avec Monsieur Castle. Je t'aime Rick, tu m'as tellement manqué.
-Je t'aime, moi aussi je t'aime Kate."


Leur soirée allait sûrement se passer dans la chambre, et se composerait de nombreux câlins, essentiellement, et de baisers bien évidemment. Kate était enfin rentrée à la maison.

Retour à l'accueil