Kate était entrée dans son quatrième mois de grossesse, et les personnes de son entourage connaissaient les joies des hormones. Et si la jeune femme passait du rire aux larmes en l’espace d’une secondes, ses proches eux devaient supporter les changements d’humeurs soudains de la jeune femme. Rick le premier puisque ce dernier passait ses journées entières à ses côtés, que ce soit le matin au petit déjeuner, la journée au commissariat et le soir au loft pour le dîner. Il avait aussi le privilège d’être réveillé par Kate en pleine nuit parce que Madame voulait quelque chose de spécifique pour manger. Rick avait commencé par dire non à ses demandes, mais Kate se mettait à pleurer et il ne le supportait pas. Fichues hormones, pestait-il à chaque fois.

 

Non seulement Kate avait des crises hormonales, mais elle avait toujours des nausées le matin. Elle n’en avait pas eu durant les premières semaines, mais elle en avait seulement maintenant. Elles arrivaient souvent alors qu’elle était en train de déjeuner. Rick la suivait à chaque fois jusque dans les toilettes pour tenir ses cheveux et s’occuper d’elle. Allant au commissariat le ventre vide, Rick faisait un autre détour tous les matins pour lui acheter sa salade de fruits qui n’était vendue que par quelques boutiques dans tout New York. Mais c’était pour Kate, alors il le faisait.

 

Quand elle n’embêtait pas Rick au loft avec ses envies les plus tordues les unes que les autres, elle cassait les pieds de ses collègues, et amis, au commissariat. Ryan et Espo les premiers, mais ils avaient fini par s’y habituer. Et le mieux à faire lorsque Kate s’énervait contre eux, c’était de l’ignorer et la laisser crier.

 

La petite famille des Castle était en train de prendre son petit déjeuner comme tous les matins. Rick avait préparé des pancakes, des œufs et du bacon pour les envies de tout le monde. Et bien sûr, du café. Kate s’était servie une assiette bien garnie. Mais à peine eut-elle croquer dans son pancake qu’elle sentit une nausée arriver. Elle reposa le pancake dans son assiette avant de courir vers les toilettes. Rick avala ce qu’il avait dans la bouche avant de la suivre. Comme à chaque fois, il prit ses cheveux pour les soulever et éviter qu’elle se vomisse dessus. Quand elle se redressa, Rick l’entraîna dans la salle de bains et lui rinça la bouche, et tout le visage.

 

- « Ça va ?

-Est-ce que ça a l’air d’aller ? »

 

Les hormones. Ils pouvaient parfois la rendre violente alors que ce n’était pas dans son habitude, du moins pas avec Rick.  L’écrivain se contenta de lui donner un verre d’eau et retourner dans la cuisine. Kate, de son côté, alla dans la chambre pour se changer. Et quand Rick arriva pour lui proposer son aide, elle l’envoya bouler une nouvelle fois. Il savait que les hormones en étaient la cause, mais il avait tout de même mal au cœur. Il la laissa se préparer de son côté. Kate quitta le loft pour aller au commissariat et laissa son mari en plan chez eux. Rick termina de se préparer à son tour avant de prendre à taxi en bas de son immeuble. Il fit un petit détour pour aller chercher le petit déjeuner de Kate avant de la rejoindre au commissariat. 

 

Là-bas, les portes de l’ascenseur n’étaient même pas ouvertes qu’il entendait sa partenaire crier après Ryan et Espo. Il ne savait pas ce qu’ils avaient fait cette fois, mais ce n’était pas rien. Enfin, ça pouvait aussi l’être avec les hormones. Il posa la salade de fruits et le beignet sur le bureau avant d’aller dans la salle de repos.

 

- « Pourquoi est-ce qu’elle est énervée après vous ? demanda l’écrivain à ses deux amis.

- J’ai pris son stylo ; répondit Ryan.

- Et j’ai pris la dernière barre chocolatée ; ajouta Espo.

- Oh. Je vois. »

 

Rick leur tapota gentiment l’épaule à tous les deux avant de rejoindre Kate qui s’était enfin installée derrière son bureau. Elle prit la salade de fruits et sa cuillère avant de commencer à la manger. Elle recracha la première cuillère.

 

- « Ce n’est pas celle de d’habitude ; gronda la brunette.

-Il n’y en avait plus, j’ai changé.

-Tu n’aurais pas dû. Tu sais très bien que je n’aime que l’autre et c’est tout. »

 

Agacé, Rick préféra partir plutôt que de rester et commencer à se disputer inutilement.

 

- « Tu sais quoi, Kate ? Je vais rentrer à la maison et te laisser tranquille pour la journée. »

 

Sans rien dire de plus, l’écrivain se leva de sa chaise et prit sa veste avant de s’en aller. Kate le regarda partir sans rien dire. Fichues hormones, pesta-t-elle. Elle prit son portable et envoya un message à Rick pour s’excuser, mais elle n’eut pas de réponse. Elle laissa la journée passer.

 

Le soir-même, quand elle rentra au loft, Rick était déjà couché. La brunette retira ses chaussures et son manteau à l’entrée avant de se joindre à lui. Elle s’en voulait. Et, bien sûr, les hormones devaient faire leur effet. C’est en pleurs qu’elle arriva dans la chambre, ne cessant de s’excuser auprès de l’homme avec qui elle était mariée.

 

- « Rick… je suis…. Je suis désolée. Je suis vraiment désolée. Je ne contrôle rien et je… je ne veux pas être aussi dure avec toi, je ne veux pas… je ne veux pas être méchante. Mais ce n’est pas moi.  Tu sais que je n’oserai jamais te parler comme ça. »

 

Rick s’était retourné dans le lit pour la prendre dans ses bras et attendre qu’elle se calme. Mais la brunette continuait de s’excuser et se mit à trembler.

 

- « Kate… calme-toi s’il te plaît. Je sais que tu ne veux pas être méchante, et tu ne l’es pas. Ce ne sont que ces hormones qui te mettent dans tous tes états. Mais je ne t’en veux pas. Calme-toi maintenant. »

 

Rick la serra un peu plus fort contre lui et déposa un baiser sur son front. Kate enfouit un peu plus sa tête dans son cou et resta collée à lui. Elle était plus qu’impatiente de ne plus subir ces crises hormonales. Exténuée, Kate ferma les yeux et se laissa aller dans les bras de son mari.

Retour à l'accueil