Un. Deux. Trois ou peut-être quatre ? Voire cinq ou six. Rick ne savait plus le nombres de verres qu’il avait bu. Et il continuait de les enchaîner. Il était incapable de se rappeler où il habitait. Il ne savait plus ce qu’il avait fait dans la journée. Il ne se souvenait plus de rien. Le barman refusa de lui servir un verre de plus. Il s’éloigna de Rick derrière le comptoir avant de sortir son portable. Il ne resta pas longtemps en ligne, trente petites secondes. Quand il revint près de Rick, ce dernier lui demanda un autre verre.

 

- « Vous feriez mieux d’arrêter ; lui répondit le barman. J’ai appelé quelqu’un pour venir vous chercher.

-Encore un taxi ? J’en ai plus qu’assez des taxis. Et je peux… je peux rentrer à pied. Je ne suis pas très loin. J’habite à Paris. »

 

Rick était vraiment mal en point. Et même s’il était saoul, il ne risquait pas d’oublier cette soirée qui allait vite virer au cauchemar.

 

Rick tenta de se lever du tabouret, heureusement que le comptoir était là. Il s’y rattrapa de justesse au lieu de tomber. Et ça le fit rire. Il aurait pu se fracasser le crâne sur le bord du comptoir, ou par terre, mais ça le faisait rire. Le barman fit le tour du comptoir pour venir l’aider à se relever.

 

- « Vous feriez mieux de rester assis. Vous allez finir par vous ouvrir le crâne.

-Je ne suis pas saoul. Je vais… bi… bien. »

 

Rick s’assit tout de même sur l’un des tabourets. Il pensait qu’un taxi allait le ramener chez lui, mais il n’était pas au bout de ses surprises… C’est Kate qui entra dans le bar. En furie. Plus énervée que jamais.

 

- « Lève-toi, je te ramène ; dit-elle simplement.

-Kate. Salut.

-Je ne veux pas t’entendre, sinon c’est chez toi que je te ramène et tu te débrouilleras tout seul. »

 

Kate n’avait pas envie de lui adresser la parole. Elle l’aida à marcher jusqu’à la voiture. Elle s’installa au volant avant de démarrer. Elle resta silencieuse, contrairement à Rick qui disait tout et n’importe quoi. Kate l’ignora. Elle ne voulait pas le ramener chez lui et le laisser tout seul. Elle ne savait pas de quoi il était capable en étant saoul. Mais elle se souvenait de quoi son père était capable, alors elle ne voulait pas imaginer Rick dans le même état. Elle alla jusqu’à chez elle et l’aida à marcher avant de l’installer dans le canapé. Elle ramena tout de suite un sceau au cas où il aurait envie de vomir. Et ça ne manqua pas. Elle arriva vers lui avec un verre d’eau et un cachet d’aspirine. Elle lui ramena également une couverture et un oreiller pour lui dormir. Une semaine en arrière, ils avaient passé l’un des meilleurs week-ends de leur vie au mariage de Jenny et Ryan. Et aujourd’hui, il était saoul et Kate lui en voulait énormément. Elle ne lui adressa plus la parole pour le restant de la soirée. Elle alla se doucher et se coucher sans même lui souhaiter une bonne nuit. Rick ne pouvait pas comprendre ce qui se passait dans l’état dans lequel il était, mais il en entendrait parler le lendemain matin. En attendant, il s’endormit avec un mal de crâne horrible. À seulement quelques mètres de là, Kate était allongée dans son lit et n’arrivait pas à s’endormir. Elle était en colère contre Rick, et par-dessus tout, elle lui en voulait. Une semaine en arrière, il lui avait promis qu’il ne lui ferait plus de coup comme ça. Elle ne devrait même pas être aussi gentille avec lui, mais c’était plus fort qu’elle. C’est avec peine qu’elle finit par s’endormir.

 

Kate se leva tôt le lendemain matin pour aller travailler. Elle prépara son café avant d’aller prendre sa douche et s’habiller. Rick se réveilla quand elle était sous la douche. Il avait un mal de crâne horrible. Il se leva et manqua de tomber. Sa tête tournait. Il chercha un cachet d’aspirine dans le tiroir de Kate et se servit un verre d’eau. Elle ne lui avait rien préparé cette fois-ci. Le jeune homme tenta de se rappeler ce qui s’était passé la veille, mais c’était encore flou. Les souvenirs lui reviendraient au cours de la journée. Ce qui était sûr, c’est qu’il aurait du mal à parler avec Kate. Pas parce qu’il n’en avait pas envie, mais parce qu’elle ne voudrait pas. Il avait bu. Beaucoup bu. Et, en parlant du loup, Kate sortit de sa chambre. Il se tourna vers elle. Il pouvait voir la colère et la déception dans ses yeux.

 

- « Kate…

-Je dois aller travailler. Et je vais être honnête avec toi, je n’ai pas vraiment envie de te parler Rick. »

 

Kate enfila sa veste, ses chaussures. Elle prit ses clés avant de s’en aller. Elle claqua la porte derrière elle. Rick s’énerva contre lui-même, frappa dans le mur. Pour se changer les idées, il alla prendre une douche. Kate pleurait dans la voiture. Pas à chaudes larmes, mais elle pleurait. Elle se gara au pied de l’immeuble et attendit de se calmer avant de monter. Elle respira un grand coup et sécha ses larmes. Elle tenta de se concentrer pour travailler, mais elle n’arrêtait pas de penser à Rick, et à ce qu’il avait fait.

 

La journée au travail fut longue. La journée de Rick aussi. N’ayant rien avec lui, il avait réfléchi à la manière dont il pouvait dire à Kate qu’il était désolé. Mais il ne ferait que de se répéter. Il était dans le canapé quand Kate arriva. Il se leva et s’avança vers elle. Il voulait au moins l’embrasser sur la joue pour la saluer. Mais elle se recula.

 

- « Ce n’est pas le moment Rick. On doit parler. »

 

Kate prit le temps de se préparer un café avant qu’ils ne discutent. Kate y avait pensé toute la journée, mais elle ne passa pas par quatre chemins.

 

- « Tu me l’avais promis Rick. Une semaine. Tu as tenu une semaine. Qu’est-ce qui s’est passé ?

-Je… je ne sais pas. Je ne sais pas ce qui s’est passé Kate ; répéta ce dernier.

-C’est tout ce que tu as à me répondre ? ‘Je ne sais pas’ ? »

 

Kate aurait préféré avoir un verre d’alcool fort dans la main. Elle avait eu une journée difficile, elle ne voulait qu’elle se termine. Sur les nerfs, elle craqua. Le cœur de Rick se brisa. Si elle était dans cet état, c’était de sa faute.

 

- « Kate… s’il te plaît, ne pleure pas. Pas à cause de moi.

-Ce n’est pas que toi, la journée était longue et je suis fatiguée. Et tu… j’ai l’impression que je ne sers à rien. J’ai l’impression… que je ne peux pas t’aider. Je me sens impuissante. Je me demande si je t’aide vraiment à quelque chose. »

 

Kate lui tourna le dos. Elle ne voulait pas lui faire face alors qu’elle était dans cet état. Rick s’en foutait si elle le repoussait, il fit le tour de comptoir pour aller la voir. Il voulut la prendre dans ses bras, Kate le repoussa. Il réessaya. Elle le poussa encore une fois. Il tenta une dernière fois, et elle se laissa faire.

 

- « Tu m’aides énormément Kate, plus que tu ne le réalises. Tu es restée, tous les autres sont partis. Si tu savais à quel point te rencontrer a changé ma vie. Tu as tout chamboulé, dans le bon sens. Je ne te remercierai jamais assez pour tout ce que tu fais. Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée depuis la naissance d’Alexis. Je ne veux pas te perdre. Jamais. »

 

Je t’aime, pensa très fortement ce dernier. Kate se recula et releva la tête pour le regarder.

 

- « Je connais les dégâts de l’alcool. J’ai tout vu avec mon père, le bon mais surtout le mauvais. Je ne sais pas ce que tu ressens quand tu es en manque, mais je t’ai déjà vu en crise. Et si je… si je ne suis pas capable de t’aider plus que ça et complètement arrêter, je devrais peut-être… je devrais peut-être t’envoyer dans un centre spécialisé. Des médecins prendront soin de toi et tu pourras guérir. Parce que là… je ne sais plus comment t’aider. Je ne sais pas quoi faire de plus. 

-Je ne veux pas aller là-bas ; répondit simplement Rick. Tu n’as pas le droit de recevoir de la visite dans ce genre de centre. Et je… je ne peux pas faire sans te voir.

-Si c’est la seule solution, il faudra le faire. »

 

Rick hocha légèrement la tête avant de la baisser.

 

- « Je ne veux plus de faux pas. C’était la dernière fois Rick. La prochaine fois que je te retrouve comme ça, c’est terminé. »

 

Dernière chance. Au prochain faux pas, il pourrait dire au revoir à Kate. Elle était déjà assez gentille de lui en donner une deuxième, ou plutôt troisième, alors il n’avait pas intérêt à se louper cette fois.

 

- « Je n’y toucherai plus.

-Tu me le promets ? demanda Kate.

-Je te le promets. »

 

Kate le regarda. Elle caressa sa joue. Et la seconde d’après, ses bras étaient autour de son cou. Elle le serra contre elle. Rick la serra en retour. Il détestait la rendre mal, ou la mettre en colère. Il n’avait plus le droit à la moindre erreur. S’il buvait jusqu’à en être saoul, Kate s’en irait. Et elle ne reviendrait pas.

Retour à l'accueil