Kate n’osait plus mettre de haut décolleté maintenant qu’elle avait une cicatrice. Mais quand elle en mettait un, elle masquait sa cicatrice avec du fond de teint afin que personne ne puisse la voir. Elle n’en avait pas honte, mais elle ne voulait pas attirer les regards. Castle ne l’avait pas vue non plus, elle ne voulait pas lui montrer. Elle ne voulait pas que son regard sur elle change s’il la voyait.

 

Mais après avoir montré sa cicatrice à un parfait inconnu, à un criminel, elle se sentait coupable de ne pas l’avoir montrée à son partenaire. S’il l’aimait, il devait aimer chaque partie de son corps, les bonnes comme les mauvaises. Et pour Kate, cette cicatrice était une mauvaise chose. Il méritait de la voir après avoir risqué sa vie pour sauver la sienne. Alors après avoir fini de remplir sa paperasse, elle quitta le commissariat pour aller au loft et voir son partenaire. Ce dernier ne s’attendait pas à la voir, et elle le vit sur son visage quand il ouvrit la porte.

 

- « Kate ? Il y a un problème ? Quelque chose ne va pas ? demanda ce dernier.

-Martha et Alexis sont là ?

-Ni l’une ni l’autre. Je suis seul ce soir. Qu’est-ce qui se passe, Kate ?

-Je dois… je dois vous montrer quelque chose.

-Je vous en prie entrez. »

 

L’écrivain se décala pour la laisser entrer avant de fermer la porte derrière elle. Il se retourna vers elle et remarqua tout de suite qu’elle était nerveuse.

 

- « Kate, dites-moi ce qui ne va pas. Je m’inquiète, surtout après cette enquête.

-Suivez-moi. »

 

Kate l’attrapa par la main avant de se diriger vers son bureau, puis sa chambre. Castle ne savait vraiment pas ce qui se passait, il était plus perdu que jamais.

 

- « Je ne sais vraiment pas ce qui est en train de se passer. Vous voulez bien m’expliquer ?

-Je lui ai montré, et je… je ne vous l’ai pas montré à vous. Vous méritez de la voir plus que n’importe qui d’autre.

-Voir quoi ? »

 

Kate retira sa veste et la posa sur le lit de l’écrivain. Elle commença à retirer son pull et Castle se retourna avant qu’elle ne soit en soutien-gorge. La brunette posa son pull à côté de sa veste en cuir sur le lit. Elle ne portait plus que son soutien-gorge en haut. Sa cicatrice était plus apparente que jamais. Mais Castle lui tournait toujours le dos. Il n’osait pas la regarder alors qu’elle était vulnérable après cette enquête.

 

- « Regardez-moi, Castle. C’est pour ça que je suis venue. Pour vous montrer… pour vous montrer ma cicatrice. »

 

Lentement, Castle se tourna vers elle. Il la regardait dans les yeux, il ne regarda pas plus bas.

 

- « Je l’ai montrée à notre tueur et je… je me suis sentie mal parce que… parce que je ne vous l’avais pas montrée à vous. Et si quelqu’un mérite de la voir, c’est bien vous. C’est vous qui m’avait sauvé la vie, c’est vous qui… avez risqué la vôtre pour sauver la mienne.

-Et je le referai sans hésiter.

-Je ne peux pas vous perdre, Castle. Si je vous perds vous… je perds tout. 

-Qui a parlé de me perdre ? demanda Castle en faisant un pas vers elle. Je suis là, et je vais le rester. »

 

Castle n’avait toujours pas baissé les yeux sur sa cicatrice, et il n’avait pas l’intention de le faire. Pas tout de suite. Il vit Kate s’approcher de lui jusqu’à ce qu’elle se tienne debout juste devant lui. Elle baissa la tête pour trouver la main de ce dernier et l’attraper. Elle la guida jusqu’à sa poitrine et la posa entre ses deux seins, là où se trouvait sa cicatrice.

 

- « Si vous… si vous m’aimez, je veux que vous aimiez chaque partie de moi. Le bon, comme le mauvais. Et même cette cicatrice.

-C’est déjà le cas, Kate. J’aime chaque partie de vous, même celles que je n’ai pas encore découvertes. Et cette cicatrice, je l’aime aussi. Elle me rappelle que vous êtes toujours là, à quel point vous êtes forte. »

 

Castle caressa la marque laissée entre les deux seins de sa partenaire à l’aide de ses doigts. Kate avait laissé sa main retomber.

 

- « Je mets du maquillage pour la recouvrir quand je n’ai pas d’autre choix ; avoua la brunette.

-Vous ne devriez pas. Elle fait partie de vous, de votre histoire. Vous devriez être fière de la montrer. Vous devriez être fière de vous. Moi je le suis. »

 

Kate avait les larmes aux yeux. Il était capable de la mettre dans tous ses états rien qu’avec ses paroles. Il avait un don pour ça, et il était le seul à lui faire cet effet-là.

 

- « Vous êtes… Kate, tu es magnifique. Et ta cicatrice est magnifique aussi. Je t’aimais avant sans et je t’aime avec maintenant. Rien n’a changé. Au contraire, je crois même que je t’aime plus encore. »

 

Kate était incapable de calmer les effets qu’il lui faisait. Ses jambes en tremblaient, son cœur battait fort et rapidement contre sa poitrine. L’écrivain amena sa main libre sur la joue de Kate pour essuyer les quelques larmes qui avaient coulé. Il lui offrit un sourire avant de se pencher légèrement tout en se baissant. Kate ne savait pas ce qu’il avait en tête, mais elle comprendrait bien vite. Avant qu’elle n’ait le temps de dire quelque chose, elle sentit les lèvres chaudes et humides de son partenaire se poser entre ses seins. Kate ferma les yeux. Elle n’osait plus respirer. Son partenaire se redressa doucement et elle sentit son souffle dans son cou.

 

- « Tu es extraordinaire, Kate. Ne l’oublie jamais. Et si ça t’arrivait, je serai là pour te le rappeler. »

 

Kate luttait pour ne pas l’embrasser. Elle en mourrait d’envie depuis qu’il avait commencé à parler. Elle ne voulait plus se priver, elle ne voulait plus se retenir. Alors elle se haussa sur la pointe des pieds avant de passer un bras timide autour de son cou et déposer ses lèvres sur les siennes. Le baiser était tendre et le resta. Castle avait simplement passé son bras autour d’elle pour la rapprocher un peu plus de lui.

 

- « Merci ; souffla Kate contre ses lèvres en se reculant.

-Toujours ; lui répondit ce dernier. Tu devrais te rhabiller maintenant. »

 

Castle attrapa son pull sur le lit et aida la jeune femme à l’enfiler. Cependant, il laissa sa veste de côté.

 

- « Tu pourrais rester pour dîner.

-Je peux rester. Et je veux rester. »

 

Kate lui offrit un sourire avant qu’il ne lui prenne la main et l’entraîne dans le salon. C’est ainsi que les deux partenaires passèrent leur soirée ensemble. Kate resta au loft pour la nuit et dormit dans la chambre à l’étage. Après avoir lutté contre ses sentiments pendant des mois, des années, elle avait enfin décidé de se laisser aller.

Retour à l'accueil