Castle ne se doutait pas que la prochaine enquête sur laquelle il allait se pencher concernait un ami à lui. Il avait d’ailleurs appris avant Kate elle-même que la victime était la femme de Damian. Ce dernier avait passé un coup de fil à l’écrivain puisqu’il savait qu’il travaillait avec la police de New York. Castle s’était rendu le premier sur les lieux avant que Kate n’arrive à son tour. Elle entra dans la maison et aperçut le mari de la victime, Damian, au loin.

 

-«Lieutenant Kate… Castle ? »

 

La brunette était surprise de voir que son partenaire était déjà là. L’écrivain, lui, était resté bloqué sur le ‘Kate Castle’ que la jeune femme venait de prononcer. Mais il reprit rapidement ses esprits pour écouter ce que son ami avait à dire à lui et à Kate. Damian prit le temps de répondre aux questions de Kate et les deux partenaires allèrent ensuite jeter un coup d’œil sur la scène de crime. Quand ils repartirent pour se rendre au commissariat, Castle évoqua ce qui s’était passé un peu plus tôt.

 

-«Kate Castle, ça sonne plutôt bien ; dit ce dernier.

-De quoi est-ce que vous parlez ?

-Tout à l’heure quand vous êtes arrivée. Vous vous êtes présentée comme Kate Castle. Je trouve que ça sonne bien. »

 

Kate leva les yeux au ciel mais sourit malgré elle.

 

-«Évidemment que vous trouvez que ça sonne bien, Castle. »

 

Ils n’évoquèrent plus ce moment jusqu’à ce que l’enquête soit résolue. Castle était déçu et désemparé d’avoir découvert que Damian était responsable de la mort de sa femme. Il l’avait cru et il s’en voulait car il l’avait mené en bateau depuis le début. Kate était même partie voir Damian seule de son côté et lui avait adressé ces quelques mots : « Richard Castle croit en vous et moi je crois en lui ». Non seulement l’écrivain venait d’apprendre qu’un ami proche était un meurtrier, mais il allait également passer la soirée de la Saint-Valentin seul.

 

-«Relevez la tête Castle, je vous emmène dîner.

-Qu… quoi ? Mais c’est la Saint-Valentin.

-Justement. Je vous invite. »

 

L’écrivain ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais aucun son n’en sortit. Kate l’avait laissé bouche bée.

 

-«Vous m’appelez Kate Castle plus tôt dans la semaine et ce soir vous paniquez pour un simple rencard ? »

 

Kate le regarda en souriant avant de croiser ses bras devant sa poitrine tout en haussant un sourcil. Il était d’autant plus paniqué. Elle vint s’allonger sur lui le temps d’une seconde alors qu’ils étaient en train de marcher côte à côte dans la rue pour regagner la voiture de la brunette.

 

-«Je ne sais pas où nous allons trouver une table le soir de la Saint-Valentin sans avoir réservé ; dit la brunette en bouclant sa ceinture.

-Je connais peut-être un endroit, ou plutôt quelqu’un. »

 

Kate tourna la tête vers son partenaire et le vit parcourir les contacts sur son téléphone. Évidemment qu’il connaissait quelqu’un, c’était Richard Castle.

 

Les deux partenaires parvinrent à trouver une table dans le restaurant tenu par l’ami de Castle. Ce dernier avait rajouté une table rien que pour eux. L’écrivain ne réalisait toujours pas qu’il passait sa Saint-Valentin avec Kate, et que c’était un rencard, un vrai. Il devrait être l’homme le plus heureux du monde, mais il ne pouvait s’empêcher de penser à la trahison de Damian. Kate savait qu’elle ne pourrait pas lui faire tout oublier. Autrement, elle l’aurait déjà fait. Assise en face de lui, elle se pencha légèrement en avant et vint poser sa main sur celle de son partenaire.

 

-«Je suis désolée pour Damian, Castle.

-J’aurais dû vous écouter, vous aviez raison depuis le début.

-Vous ne pouvez pas vous en vouloir d’avoir cru en ce que disait votre ami, Castle. Même si mon instinct me disait que Damian était louche, je vous ai toujours cru vous. Je crois toujours en vous avant de voir en n’importe qui d’autre. »

 

Kate marqua une légère pause en voyant que son partenaire avait toujours la tête baissée, le regard vide.

 

-«Mais… c’est peut-être parce que vous êtes plus qu’un simple ami à mes yeux. »

 

Cette fois, il releva la tête. Il croisa le regard de Kate. Il ne l’avait jamais vue aussi sérieuse et effrayée à la fois.

 

-«Merci Kate.

-Partenaires, Castle. Plus que ça. »

 

Le visage de l’écrivain s’illumina pour la première fois de la journée.

 

-«Ce n’est sûrement pas la soirée de Saint-Valentin dont vous rêviez.

-Je ne voudrais être nulle part ailleurs, Castle. Et de toute manière, cette fête est simplement commerciale et un peu stupide. Quand vous aimez quelqu’un, vous n’attendez pas une date précise pour lui dire ou lui montrer.

-Et bien lieutenant, je ne vous savais pas si romantique.

-Vous avez encore de nombreuses couches de l’oignon Beckett à découvrir, Castle.

-J’espère qu’il y en a une infinité. »

 

Elle se contenta de lui offrir un sourire timide mais, au fond, Kate pensait la même chose.

 

Plus tard dans la soirée, les deux partenaires s’étaient régalés avec ce qu’ils avaient mangé au restaurant et avaient décidé de marcher un peu avant de rentrer. Kate avait payé l’addition même si Castle avait tout fait pour l’en empêcher. Ils retournèrent à la voiture après avoir pris l’air un petit quart d’heure. Castle proposa à Kate de monter boire un café au loft avant de rentrer chez elle. La brunette le suivit, elle n’avait pas vraiment envie de le laisser seul maintenant.

 

-«Vous ne me mentirez jamais, n’est-ce pas ? demanda Castle alors qu’il était en train de préparer une tournée de café.

-Jamais. Vous en doutez ?

-Non, non ; lui assura ce dernier. C’est juste que… je ne le supporterai pas, venant de vous.

-Je ne vous mentirai jamais, Castle. »

 

Il arbora un petit sourire de coin avant de tendre une tasse à Kate et se diriger vers le salon. ils s’installèrent confortablement dans le canapé pour boire leur café et continuèrent de discuter. Castle était heureux que Kate soit encore là avec lui. Avec tout ce qui lui trottait en tête, il en avait oublié que c’était un rencard. Leur premier rencard. Il venait d’avoir son premier rencard avec Kate Beckett et, la prochaine fois, il lui montrerai à quel point cela pouvait être mémorable. Mais ce soir, il n’avait pas le moral. En la raccompagnant à la porte, il osa se pencher vers elle pour la prendre dans ses bras rien qu’un instant.

 

-«Merci pour ce soir, Kate.

-Je vous en prie, Rick. J’espère que je suis parvenue à vous changer les idées.

-Vous avez fait bien plus que ça. Et la prochaine fois, je vous surprendrai en vous montrant ce qu’est un rencard avec moi quand je suis de bonne humeur.

-J’attendrai votre invitation avec impatience. »

 

La brunette lui offrit un dernier sourire avant de lui tourner le dos et faire le chemin inverse pour rentrer chez elle. La prochaine fois, tous les deux n’attendaient que ça.

Trahison.
Retour à l'accueil