Deux semaines que Castle était sorti de l’hôpital mais ne mettait pas un pied en dehors du loft. Son bref retour aux urgences alors qu’il avait fait un mouvement trop brusque lui avait servi de leçon. En revanche, il ne savait pas s’il préférait être bloqué à l’hôpital dans son lit ou bloqué au loft sans pouvoir sortir dans les deux situations. L’écrivain avait essayé à plusieurs reprises de suivre Kate au commissariat mais la brunette avait évidemment refusé. Castle devait passer deux mois et demi au loft avant de pouvoir espérer revenir travailler. Si ses cicatrices vieillissaient bien avec le temps et s’il se sentait mentalement et physiquement prêt, il pourrait retourner au commissariat. Mais Kate ne le laisserait jamais revenir tout de suite sur le terrain. Ils auraient très certainement une énième conversation à ce sujet au moment venu, mais pour le moment ils préféraient éviter tous les sujets de conversation trop sérieux. Parler de leur relation en faisait partie. Ils n’avaient pas mentionné ce qui s’était passé avant que Castle ne retourne brièvement à l’hôpital. Tous les deux y pensaient, mais ni l’un ni l’autre n’avait amené le sujet.

 

Kate passait énormément de temps au loft, il lui arrivait même de parfois rester dormir dans la chambre d’amis plutôt que de retourner à son appartement. Il lui arrivait aussi de faire des cauchemars, bien trop souvent. Dans ses cauchemars, Castle ne survivait pas. Et toutes les nuits ou presque, la brunette se réveillait en sanglots. Elle n’en avait pas parlé à son partenaire, la situation était déjà bien trop délicate pour lui. Et il devait certainement faire des cauchemars de son côté aussi, mais le connaissant, jamais il ne lui en aurait parlé.

 

Castle tournait en rond au loft. Ne pouvant plus suivre Kate, l’inspiration ne l’avait pas frappé depuis plusieurs jours. Et puisque ce dernier s’ennuyait, sa partenaire recevait de nombreux appels de sa part pendant sa journée de travail.

 

-«Qu’est-ce qui se passe cette fois, Castle ? demanda la brunette en décrochant.

-Je m’ennuie.

-Je sais, c’est la troisième fois que vous m’appelez pour me dire ça. Je ne peux pas faire grand-chose pour vous aider.

-Vous pourriez peut-être me laisser…

-Non, Castle ; répondit tout de suite la brunette. Vous n’avez pas le droit de revenir au commissariat avant deux mois, si je vous vois débarquer un jour je vous renvoie au loft en vous bottant les fesses.

-Radical ; répondit l’écrivain. Mais compréhensif.

-Ma journée est bientôt terminée, je ne vais pas rentrer trop tard. Je peux passer au loft et prendre à manger sur le chemin avant de rentrer si vous voulez.

-J’adorerai ça.

-A tout à l’heure, Castle. »

 

Kate raccrocha et rangea son téléphone dans la poche de sa veste. Elle ne put retenir un petit sourire, comme à chaque fois que Castle l’appelait.

 

-«Alors, tu vas encore au loft ce soir ? demanda Lanie qui était juste à côté, en train d’analyser les résultats qu’elle venait de recevoir.

-Je vais apporter le dîner pour Castle et moi. Martha et Alexis ne sont pas là cette semaine et je ne préfère pas qu’il se retrouve seul.

-Et quand est-ce que l’un d’entre vous va ouvrir les yeux ?

-Comment ça ?

-Oh ne fais pas l’innocente avec moi Kate Beckett ; fit remarquer sa meilleure amie. Tu passes la majorité de ton temps libre au loft, vous dînez presque tous les soirs ensemble, tu dors là-bas, tu m’as dit qu’il s’était passé quelque chose entre vous avant que tu ne l’emmènes à l’hôpital. Quand est-ce que tu vas l’attraper par le col et lui montrer ce que tu ressens pour lui ?

-Lanie, ce n’est vraiment pas le moment de…

-Il n’y a jamais de bon ou de mauvais moment, encore moins quand il s’agit de vous deux. Et avec ce qui s’est passé, tu devrais attendre de retarder l’échéance. Personne ne sait de quoi demain est fait alors… n’attends pas trop. Et ne sois pas aussi têtue, par pitié. »

 

Kate leva les yeux au ciel, même si elle savait pertinemment que sa meilleure amie avait parfaitement raison. Les deux femmes changèrent de sujet de conversation et Kate demanda à Lanie ce qu’elle pouvait lui apprendre sur l’enquête avant de repartir.

 

Plus tard dans la journée, alors que la nuit était déjà tombée, Kate quitta le commissariat et fit un détour chez Remi pour prendre le menu préféré de son partenaire avant de le rejoindre chez lui. Quand elle arriva au loft, ce dernier n’était pas dans les parages.

 

-«Castle ?

-Je suis dans la chambre. »

 

Kate retira ses chaussures et son manteau avant d’aller dans la chambre. Il était allongé dans le lit et n’avait pas l’air de passer un bon moment.

 

-«J’ai… j’ai mal ; expliqua ce dernier. Je ne supportais plus de rester debout ou assis alors je… je suis venu ici.

-Vous avez pris vos médicaments pour atténuer la douleur ? »

 

Pas de réponse. Kate savait ce que ça voulait dire. La brunette alla lui chercher un verre d’eau avec ses médicaments pour essayer de le soulager. Castle parvint à se redresser pour manger, mais il ne pourrait pas se déplacer jusqu’à la cuisine ou le salon. Les deux partenaires mangèrent dans la chambre de ce dernier en faisant attention à ce qu’ils faisaient.

 

-«La journée n’était pas trop longue ? demanda Kate.

-Si. Je m’ennuie à mourir. Et les douleurs n’aident pas.

-J’aimerais pouvoir faire quelque chose pour vous aider.

-Vous aidez plus que n’importe qui, Kate ; répondit l’écrivain. Vous venez me voir tous les jours, vous prenez soin de moi, vous me supportez… je trouve que je ne vous remercie pas assez pour tout ce que vous faites pour moi depuis presque un mois.

-Partenaires, Rick. Je suis là.

-Partenaires. »

 

Amis, pensa Kate. Bien plus que ça, pensa-t-elle. La brunette repensa à ce que sa meilleure amie lui avait dit un peu plus tôt dans la journée. Ne pas trop attendre, ne pas être si têtue… tout serait beaucoup plus simple si la situation n’était pas aussi délicate et chaotique.

Retour à l'accueil