Durant cette période délicate et terriblement anxiogène, j'espère pouvoir vous apporter un peu de réconfort et de détente en publiant. Faites attention à vous surtout. -M

 

Kate avait accompagné Castle à toutes ses séances de rééducation à la clinique. L’écrivain ayant rencontré des complications inattendues, il avait été contraint d’avoir plusieurs séances de rééducation. Ce dernier étant nerveux, sa partenaire l’avait accompagné à chacune d’entre elles et était restée jusqu’à la fin. Aujourd’hui, l’écrivain se rendait à sa toute dernière séance, après quoi il serait libéré et pourrait retourner travailler aux côtés de Kate. Avant ça, il devait être certain de pouvoir adopter les bons gestes et s’assurer de pouvoir retourner sur le terrain sans rencontrer de difficultés. Kate, de son côté, n’était pas entièrement contre l’idée d’attendre encore un peu avant de le retrouver. Oui il lui manquait, mais la santé et le bien-être de son partenaire passaient avant toute autre chose.

 

Lorsqu’il passa les portes de la clinique pour en sortir, Castle leva les bras vers le ciel et cria pour montrer à quel point il était heureux d’en avoir fini. Kate, juste derrière lui, leva les yeux au ciel mais ne put retenir un sourire.

 

-«Aujourd’hui est une journée mémorable Lieutenant puisque c’est la dernière journée où je vais rester au loft à me tourner les pouces en attendant impatiemment de revenir travailler.

-D’ailleurs, à propos de ça Castle…

-Non, non, ne me dites pas que vous ne voulez pas que je revienne demain ; répondit l’écrivain en se tournant vers elle.

-C’est peut-être encore trop tôt, vous devriez attendre quelques jours.

-Kate, on en a déjà parlé. Je me sens bien, physiquement et psychologiquement. Je suis prêt à revenir, je vous le promets.

-Ce n’est pas seulement ça, Castle. »

 

L’écrivain voyait bien qu’il y avait autre chose et que Kate n’osait pas lui dire. Il fit un pas en avant vers elle.

 

-«Vous ne voulez pas que je revienne parce que vous vous êtes habituée ainsi ? demanda ce dernier.

-Pardon ? Non, Castle, ce n’est pas ça du tout. Mon partenaire me manque. Vous me manquez. Mais je…

-Je vous manque ? le coupa ce dernier.

-Evidemment, Castle. Je ne vois pas en quoi ça vous surprend.

-Vous me voyez presque tous les jours depuis que je suis sorti de l’hôpital.

-Mais ce n’est… ce n’est pas pareil. L’ambiance au poste n’est pas la même sans vous, rien n’est pareil sans vous et même si vous me manquez plus que tout, je ne supporterai pas de vous voir dans cet état une deuxième fois.

-Rien ne va m’arriver, Kate ; lui assura l’écrivain.

-Vous ne pouvez pas être sûr de ça.

-J’ai toujours mon gilet pare-balles dès que nous nous rendons sur le terrain. Je n’en fais souvent qu’à ma tête oui, mais je vous promets que je serai prudent à partir de maintenant. Vous… vous me manquez et j’attends de revenir depuis que je me suis réveillé sur ce lit d’hôpital. »

 

Kate le regarda longuement et vit dans son regard qu’il était sérieux et qu’il pensait chaque mot qu’il venait de prononcer.

 

-«Vous me promettez de faire attention à vous ?

-Je vous le promets. Je serai plus prudent que je ne l’ai jamais été. 

-Alors je suppose que votre grand retour au commissariat sera demain. »

 

Castle, plus heureux que jamais, vint prendre sa partenaire dans ses bras avant de se rendre compte de ce qu’il était en train de faire et se reculer.

 

-«Je… je suis désolé ; s’excusa ce dernier, gêné.

-Ne le soyez pas. Vous… vous pouvez me prendre dans vos bras, ce n’est… c’est déjà arrivé. »

 

Les deux partenaires échangèrent un sourire timide avant de marcher jusqu’à la voiture de la brunette. Kate fit un détour pour ramener l’écrivain avant de retourner au commissariat pour débuter sa journée.

 

Kate était triste à l’idée de devoir retrouver son appartement vide et silencieux tous les soirs. Elle s’était habituée à passer énormément de temps au loft avec Castle en dehors du travail, elle ne voulait pas que tout redevienne comme avant. Leur relation avait changé, évolué durant ces deux derniers mois et elle ne voulait pas que toute cette progression ne disparaisse. Pas après qu’elle ait fait autant de chemin et détruit une partie majeure du mur qui l’entourait. Elle ne voulait pas perdre ce qu’ils avaient.

 

La brunette voulait profiter de sa dernière soirée au loft. Elle dîna avec Alexis, Martha et Castle bien évidemment. Tandis que les deux rouquines étaient parties dormir depuis longtemps, les deux partenaires étaient en train de savourer leur café dans le salon.

 

-«Vous savez, étant donné que c’est votre dernière soirée au loft, vous pouvez aller vous changer et me rejoindre dans ma chambre pour discuter.

-J’ai comme l’impression que vous en avez plus besoin que moi, Castle.

-Peut-être ; répondit le concerné. Mais vous n’avez pas dit non. »

 

La brunette débarrassa les deux tasses avant d’aller à l’étage pour se changer et rejoindre son partenaire dans sa chambre comme il lui avait dit. Kate se glissa sous les draps et se mit à l’aise. Apaisée, elle se sentait déjà partir.

 

-«Vous êtes prête à de nouveau entendre toutes mes théories à partir de demain ? demanda l’écrivain.

-Hmm ; marmonna la brunette, les yeux déjà fermés.

-Vous allez vous endormir si rapidement.

-Je ne vais pas m’endormir.

-Vous êtes bien partie pour, et puis, dans tous les cas, ce ne sera pas la première fois que vous passerez la nuit ici. »

 

Kate arbora un sourire de coin. En effet, la brunette avait déjà passé plusieurs nuits dans la chambre de l’écrivain. A chaque fois parce qu’elle s’était endormie, sauf une fois où elle ne s’était pas sentie bien et avait rejoint son partenaire. C’était devenu une habitude, une habitude de laquelle elle aurait certainement du mal à se défaire.

 

-«Bonne nuit, Kate. »

 

Castle replaça une mèche de cheveux derrière l’oreille de sa partenaire alors que cette dernière se rapprocha de lui, jusqu’à ce que sa tête soit enfouie dans son cou. Était-elle consciente ou était-elle endormie ? C’est la question que se posa Castle en la voyant se coller à lui.

 

-«Bonne nuit, Castle. »

 

Oh, elle était définitivement consciente. Le sourire aux lèvres, Castle s’allongea de tout son long dans le lit avant de fermer les yeux. Tout allait bien.

 

Ou presque.

Retour à l'accueil