L’atmosphère n’était plus la même entre les deux partenaires depuis ce fameux moment où Castle avait tourné la tête alors que Kate avait essayé de l’embrasser. Cela s’était passé quelques jours en arrière, et depuis l’écrivain faisait tout pour éviter la brunette. Kate, elle, ne comprenait vraiment pas pourquoi il agissait comme ça. La brunette ne pensait pas avoir fait quoique ce soit de mal, mais peut-être qu’elle avait loupé quelque chose et lui non. Elle aimerait pouvoir se concentrer entièrement sur ce qui se passait au commissariat, mais même là le comportement de Castle était différent. Elle devait lui parler et le confronter par rapport à la manière dont il agissait. La brunette devait, en attendant, se concentrer sur l’enquête sur laquelle ils travaillaient en ce moment. Enquête qui n’était d’ailleurs pas la plus facile. Elle avait hâte que tout ça soit terminé pour discuter avec son partenaire à tête reposée, en espérant qu’elle n’aggrave pas la situation d’une manière ou d’une autre.

 

Une opération délicate était prévue dans la journée pour tenter d’attraper l’un des principaux suspects qui s’avérait être un dangereux criminel. Tous les intervenants portaient leur gilet pare-balles et étaient équipés comme il le fallait pour une intervention de ce niveau. Castle, en revanche, ne portait que son gilet pare-balles. Kate ne voulait pas qu’il vienne avec eux, c’était bien trop dangereux.

 

-«Restez derrière moi, Castle. Si je vois que la situation devient trop tendue, je vous dirai de faire demi-tour. Et s’il vous plaît, écoutez-moi pour une fois.

-Promis. »

 

Kate sortit son arme et suivit le restant de ses hommes. Castle resta derrière elle et ne tenta rien de stupide, il lui avait promis. Cependant, les deux partenaires se firent surprendre par le criminel quelques minutes plus tard et ce dernier eut le temps de pointer son arme vers eux avant que Kate ne lui tire dans la jambe et l’immobilise. La brunette lui passa tout de suite les menottes et prévint tout le monde que le suspect était neutralisé. Et alors qu’elle s’était relevée en voyant Ryan et Esposito arriver, la brunette se retourna et vit que son partenaire était immobile et respirait anormalement vite.

 

-«Castle ? Castle, regardez-moi. »

 

Il en était incapable. L’arme pointée sur lui était la goutte de trop. Il prit la fuite sans prendre la peine de regarder Kate et courut le plus vite possible pour sortir du bâtiment.

 

-«Retournez au poste, je m’occupe de Castle. »

 

Kate se mit à courir après son partenaire et finit par retirer son gilet pare-balles pour ne pas avoir à supporter son poids. Elle rattrapa son partenaire qui était assis contre un mur à l’extérieur et peinait à respirer. Une crise de panique. Il était en train de faire une crise de panique. Kate se mit tout de suite à genoux pour être à sa hauteur et lui retira son gilet pare-balles qui ne l’aidait pas du tout.

 

-«Castle. Rick, regarde-moi. »

 

Elle avait laissé tomber le vouvoiement, l’avait appelé par son prénom. Ses mains étaient posées sur ses joues. Castle, lui, refusait toujours de la regarder. Il se sentait honteux d’être dans cet état devant elle.

 

-«Rick, regarde-moi. Tout va bien. Il n’y a que toi et moi. Que toi et moi. »

 

Castle tourna la tête et croisa le regard de sa partenaire. Le cœur de la brunette se brisa en voyant la peur et la détresse dans son regard. Elle caressa lentement sa joue et continua de lui parler doucement pour le calmer. Elle ne savait pas comment faire pour l’aider alors elle fit de son mieux.

 

-«Tu es en sécurité ici. Tu es en sécurité avec moi. Regarde-moi. Tu es là, tu vas bien, tu es sain et sauf. Jamais je n’aurais laissé cette ordure te faire du mal. »

 

Kate rapprocha son visage du sien et colla son front contre le sien.

 

-«Je suis là, Castle. Tout va bien. Tu peux te laisser aller. Je t’ai, je ne te lâche pas ; murmura la brunette. Inspire, bloque tout, et expire. Suis ce que je te dis. »

 

Castle se concentra uniquement sur sa partenaire et l’écouta, la suivit. Elle le guida et lui fit faire des exercices pour se calmer le plus rapidement possible. Quand l’écrivain parvint à se calmer, Kate vint poser ses mains au niveau du col de sa chemise.

 

-«Ça va mieux ? lui demanda la jeune femme.

-Oui. Merci… merci beaucoup, Kate.

-Je n’allais pas vous laisser comme ça sans rien faire, même si je n’ai pas été si utile que ça. »

 

Et le vouvoiement était de retour.

 

-«Pas été utile ? Kate, vous êtes parvenue à me calmer. J’en suis incapable d’habitude.

-D’habitude ? Ce n’est pas la première fois que ça vous arrive ? demanda Kate, surprise d’apprendre ça au sujet de son partenaire.

-Oubliez ce que j’ai dit.

-Castle…

-Oubliez. »

 

Ce dernier tenta de se lever mais ses jambes étaient encore fébriles. Kate se leva et lui tendit ses deux mains pour l’aider à se relever à son tour. Les deux partenaires retournèrent à la voiture de la brunette avant de prendre la route pour le commissariat. Un silence pesant les accompagna tout le long du trajet. C’était comme tout ce qui venait de se passer n’était pas arrivé. Cette atmosphère tendue qui était là depuis plusieurs jours était revenue. Kate soupira. Ils devaient parler, et vite.

Retour à l'accueil