La journée avait été forte en émotions non seulement pour Castle qui avait été retenu en otage avec Martha, mais aussi pour Kate qui avait dû gérer les négociations avec les preneurs d’otage et potentiellement voir la banque dans laquelle se trouvait son partenaire exploser. Heureusement, tout s’était bien terminé et la police d’Ithaca était parvenue à arrêter Ron Brandt (ou Sal Martino, le nom qu’il avait pris au sein de la banque) avant qu’il ne fasse le moindre mal à son ex-femme et n’enlève leur fils. Tous les otages étaient sortis indemnes de la banque et avaient retrouvé leurs proches. Alexis s’était jetée dans les bras de son père et sa grand-mère à l’instant même où ils avaient mis les pieds dehors. Kate, elle, était restée à l’écart pour les laisser profiter de ce moment. Même si elle aussi aurait aimé pouvoir prendre son partenaire dans ses bras après ce qu’il venait de traverser. Elle avait attendu un peu plus pour ça.

 

Kate avait été invitée chez les Castle pour le dîner. Martha avait préparé un festin de rois alors qu’ils n’étaient que quatre, mais celle-ci avait affirmé qu’il fallait « célébrer la vie ». Elle n’avait pas fait les choses à moitié. Kate passa un bon moment. En famille. Tous les trois l’avaient acceptée à bras ouverts, et ce soir était une énième preuve de l’amour que cette famille portait à la jeune femme. L’amour que Castle lui portait. Et dans un futur proche, quand elle serait prête, elle lui montrerait tout l’amour qu’elle pourrait lui porter à son tour.

 

Alexis et Martha avaient abandonné les deux partenaires qui étaient en train de discuter autour d’un café dans le salon. Ce qui s’était passé dans la journée fut mentionné, répété. Kate pensait au câlin qu’elle n’avait toujours pas eu l’occasion de lui donner. alors qu’elle venait de se lever et enfiler sa veste pour partir, Kate se tourna vers son partenaire.

 

-«Au fait, Castle. C’est vrai.

-Quoi donc ? demanda ce dernier, confus.

-Ce que vous avez dit ce matin. J’ai besoin de vous. J’ai vraiment besoin de vous. »

 

L’écrivain ne s’attendait pas à ça. Kate lui offrit un dernier sourire avant de se diriger vers la porte d’entrée.

 

-«Kate, attendez. »

 

Une fois de plus, elle se retourna pour lui faire face.

 

-«Vous ne pouvez pas partir sans me laisser vous prendre dans mes bras d’abord. »

 

Il regarda le visage de sa partenaire et son expression changeante. Un sourire, et un léger haussement de tête. Il ne fallut pas plus à l’écrivain pour qu’il vienne enrouler ses bras autour d’elle et la serrer contre lui. Lui aussi y pensait depuis qu’il était sorti, lui aussi mourrait d’envie de la sentir aussi proche de lui. Kate ferma les yeux et se laissa aller, enfouissant sa tête dans son cou et respirant son parfum. Elle sourit, encore, mais cette fois il ne pouvait pas le voir. Cependant, elle était presque certaine qu’il pouvait sentir son corps tout entier se détendre. Tous les deux avaient grandement besoin de ce câlin.

 

« you can’t leave without letting me hug you first »

Fluffy prompts, chapitre 70.
Retour à l'accueil