Royce avait été arrêté. Kate était celle qui lui avait passé les menottes sous le regard appréhensif de son partenaire. La brunette avait ensuite emmené son ancien mentor au poste de police pour lui faire rédiger sa déposition avant de le placer en cellule le temps que des agents viennent le chercher pour ensuite le transférer en prison. Castle voyait bien que l’arrestation de Royce affectait plus Kate qu’elle ne le laissait paraître. Pour tenter de lui changer les idées, l’écrivain mentionna le trésor dont il était question depuis le tout début de l’enquête ou presque. Il ne se trouvait pas là où s’était déroulée l’arrestation, et ils n’avaient toujours pas mis la main dessus. Ainsi, Castle parvint à convaincre sa partenaire  de continuer les recherches jusqu’à ce qu’ils trouvent enfin où était réellement enterré le trésor. Une fois qu’ils eurent trouvé le possible endroit où se trouvait ce dernier, ils retournèrent au cimetière où ils avaient arrêté Royce plus tôt dans la soirée, prirent leurs deux pelles et commencèrent à creuser en espérant que, cette fois, ce serait la bonne.

 

Après plus d’une heure, les deux partenaires tapèrent dans autre chose que de la terre ou des cailloux – enfin. Ils eurent le même réflexe de relever la tête et se regarder. Ils se remirent au travail et creusèrent un peu plus afin de pouvoir sortir le coffre du sol.

 

-«Nous l’avons trouvé ! s’exclama l’écrivain. Il est là !

-Oui, Castle. Nous l’avons trouvé. »

 

Kate, qui jusque-là se fichait parfaitement du trésor mais avait très bien compris que son partenaire cherchait à la distraire, sourit en voyant à quel point il était heureux comme un enfant à Noël. La joie de ce dernier étant contagieuse, elle continua dans son élan et sauta dans ses bras. Castle ne s’attendait certainement pas à cette réaction ni à ce geste de la part de Kate mais il ne s’en plaignait pas. Il passa ses bras autour d’elle et l’attira davantage vers lui avant de la serrer un peu plus fort dans ses bras. C’était la première fois qu’ils étaient aussi proches, qu’ils s’enlaçaient de la sorte. Qu’ils s’enlaçaient tout court d’ailleurs. Et tous les deux réalisèrent qu’avec le temps qui s’était déjà écoulé, ce n’était pas seulement un câlin parce qu’ils étaient heureux d’avoir trouvé le trésor. Non, c’était bien plus que ça, et ils en étaient tous les deux conscients. Kate avait besoin de réconfort, et les bras de son partenaire enroulés autour d’elle lui donnaient ce réconfort. Alors, pour une fois, elle se laissa aller.

Petits prompts, chapitre 75.
Retour à l'accueil