Le court séjour de Kate à Los Angeles pour rendre justice à Royce avait été bousculé par de nombreux rebondissements, mais la jeune femme avait finalement arrêté celui qui avait tué son mentor, son ami. Alors qu’elle pensait résoudre cette enquête seule, la jeune femme avait été rejoint par son partenaire qui avait, en cachette, acheté un billet d’avion pour l’accompagner. La brunette était heureuse de ne pas avoir passé son vol à côté d’un sombre inconnu alors qu’elle craignait de voyager en avion. Castle n’était pas au courant de ce détail et elle préférait qu’il continue de rester secret. L’écrivain étant taquin, elle voulait éviter que ce dernier ne la charrie à ce sujet-là. La voyage aller s’étant bien déroulé, il n’y avait aucune raison pour que le scénario ne se reproduise pas pour le retour.

 

Après une nuit assez courte, les deux partenaires avaient pris le premier vol pour retourner à New York. Ils s’étaient rendus à l’aéroport dans la nuit avant de patienter avant d’embarquer. Comme à l’aller, Castle avait acheté le billet de sa partenaire en première classe afin de profiter du confort qu’elle offrait. Ce qui inquiéta Kate, c’est l’une des hôtesses de l’air qui annonça que le vol ne serait pas tranquille à cause de possibles turbulences. La jeune femme en devint instantanément nerveuse et espéra de tout son cœur que les turbulences ne seraient pas trop fortes. Mais manque de chance pour la jeune lieutenant, l’avion fut légèrement secoué dès le début du trajet. Castle, fatigué, était déjà en train de somnoler. L’écrivain se réveilla et reprit ses esprits lorsque Kate attrapa sa main dans la panique. Il baissa les yeux pour voir s’il ne rêvait pas, mais sa partenaire venait réellement de prendre sa main.

 

-« Tout va bien ? demanda ce dernier.

-Je n’aime… je n’aime pas vraiment voyager en avion. Encore moins quand le trajet ne se passe pas comme je l’avais espéré ; avoua la brunette.

-Vous avez peur de voyager en avion ? »

 

Kate ne répondit pas, elle n’avait pas vraiment besoin de le faire pour que son partenaire comprenne. Il ne fit aucune remarque, il se contenta de rapprocher sa main de la séparation entre leurs deux sièges pour la laisser reposer.

 

-« Vous n’avez rien à me dire sur l’aveu que je viens de vous faire ? Aucune taquinerie ne vous vient en tête ? demanda Kate, regardant droit devant elle, tentant d’oublier que l’avion bougeait anormalement.

-Pas quand vous n’êtes pas rassurée comme c’est le cas actuellement. »

 

Kate tourna rapidement la tête vers son partenaire pour le voir lui adresser un tendre sourire. La jeune femme regarda devant elle.

 

-« Mais, si ça vous tient tant à cœur lieutenant… vous pouvez tenir ma main jusqu’à ce que nous arrivions à la maison. »

 

Kate, malgré la peur et la panique, ne put se retenir de sourire. C’était une taquinerie, mais une taquinerie pour la détendre et la faire sourire. Ça n’avait pas manqué. La brunette tenta de se détendre en s’adossant contre le siège et en inspirant. Elle serra la main de son partenaire un peu plus fort, pas parce qu’elle était tendue, mais plutôt pour le remercier. Eventuellement, Kate parvint à fermer les yeux pour les reposer. Castle, lui aussi, profita du trajet pour se reposer. Leurs mains étaient toujours entremêlées. Et, à leur arrivée, l’écrivain sourit en voyant que Kate ne l’avait pas lâchée.

Petits prompts, chapitre 109.
Retour à l'accueil