Kate n’avait jamais été très amie avec le sommeil, une nuit de quatre ou cinq heures lui suffisait pour être en forme toute la journée. C’était tout le contraire de son partenaire qui, lui, avait besoin d’au moins huit heures pour être de bonne humeur. Se lever tôt n’avait jamais fait partie de ses habitudes, c’était jusqu’à ce qu’il rencontre Kate et qu’il soit amené à la rejoindre en pleine nuit sur une scène de crime. Cependant, ces derniers temps, la jeune femme passait des nuits agitées. Depuis l’enquête durant laquelle Castle et elle avaient frôlé la mort à plusieurs reprises, il ne se passait pas une nuit sans qu’un cauchemar ne vienne la perturber. Ses nuits ressemblaient à des siestes, mais elles n’étaient pas du tout réparatrices. Si Kate parvenait à dormir ne serait-ce que trois heures, elle s’estimait heureuse. Mais le café n’allait pas l’aider à tenir des journées entières éternellement.

 

Même privés de sommeil, les deux partenaires n’arrêtaient pas de se taquiner à longueur de journée. Des taquineries qui atteignaient bien trop souvent le niveau du flirt. Les journées pouvaient parfois être très longues, surtout ces derniers temps, mais l’atmosphère entre les deux partenaires leur faisait oublier les épreuves qu’ils avaient traversées. Un soir, tous les deux étaient revenus dans les locaux du tournage de Temptation Lane pour analyser une énième piste. Tournant en rond, ils se rendirent compte qu’il était tard et qu’ils étaient bien trop fatigués pour réfléchir correctement.

 

-« Peut-être que l’on devrait aller se coucher ; dit l’écrivain. »

 

Kate leva la tête et le regarda, haussant un sourcil. L’écrivain croisa le regard interrogateur mais charmeur de sa partenaire.

 

-« Séparément ; rectifia ce dernier. Katherine Beckett je n’oserais pas…

-Pourquoi séparément ? l’interrogea Kate sans réfléchir avant de parler. Je ne dors plus depuis l’affaire avec la menace terroriste, depuis que nous avons failli mourir de froid dans une chambre froide et explosés à cause d’une bombe. »

 

Kate avait pris un ton sérieux pour répondre à son partenaire, ce qui retira le doute à ce dernier de savoir si elle plaisantait ou non. La brunette était définitivement sérieuse.

 

-« Je ne dors plus non plus ; avoua Castle.

-Voilà. Pourquoi séparément ?

-Et bien… vous pouvez venir au loft, si vous voulez. On peut faire un arrêt chez vous pour récupérer vos affaires avant de rentrer. Je vous préparerai la chambre d’amis. »

 

Kate arbora un sourire avant de se lever et n’être qu’à quelques centimètres du visage de son partenaire.

 

-« Je croyais que vous étiez écrivain, Castle. Qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans ‘ne pas dormir séparément’ ? »

 

Castle ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. Son corps et son cerveau avaient cessé de fonctionner. Kate, fière de l’effet qu’elle avait sur lui, marcha en direction de la sortie.

 

-« Vous venez, Castle ? »

 

Toujours muet, l’écrivain la suivit, incapable d’ordonner ses pensées. Elle ne voulait pas de la chambre d’amis, elle insinuait qu’elle voulait dormir avec lui. Dans la même chambre, dans le même lit. Il passa le trajet entier à repenser à ce qu’elle avait dit, et au sourire qu’elle avait arboré en le disant. Dormir avec Kate Beckett, c’était une chose à laquelle il avait pensé un nombre interminable de fois, il avait du mal à croire que sa partenaire se trouverait dans le même lit que lui ce soir. Mais si cela pouvait les aider à dormir tous les deux, alors ça n’avait que des avantages.

 

Castle avait concocté un dîner avec ce qu’il avait trouvé dans son frigo. Alexis et Martha n’étaient pas là ce soir, et si c’était le cas ils ne les auraient certainement pas vues puisqu’il était tard. Castle était à la fois présent et perdu dans ses pensées. L’aveu de Kate se répétait sans arrêt dans sa tête, l’empêchant de se concentrer entièrement sur ce qu’il faisait. Kate l’avait bien remarqué. Elle enfonça le couteau un peu plus dans la plaie.

 

-« Il se fait vraiment tard, et notre objectif était de dormir.

-C’est vrai, c’est vrai ; répondit Castle timidement. »

 

Ce dernier débarrassa la table avant d’inviter Kate à le suivre jusqu’à sa chambre. Il la laissa passer dans la salle de bains la première avant d’y aller à son tour. Quand il revint dans sa chambre, elle avait tiré les draps et était assise sur le bord du lit.

 

-« Je ne vous ai pas demandé de quel côté vous dormiez ; lui dit Kate, tentant de refouler un bâillement.

-Côté gauche, c’est parfait. »

 

Castle vint à son tour tirer le drap pour venir s’allonger. Kate fit de même. Elle sentait à quel point son partenaire était tendu et n’osait pas bouger.

 

-« Détendez-vous, Castle. C’est moi. Et vous n’arriverez jamais à dormir si vous êtes aussi tendu. »

 

Kate tourna la tête vers lui et sourit. Elle avait l’impression de partager le lit d’un garçon qui dormait avec une fille pour la première fois.

 

-« Bonne nuit, Castle.

-Bonne nuit, Kate. »

 

Kate bougea et tourna le dos à son partenaire. Elle ferma les yeux et pouvait sentir le corps de Castle se détendre au fil du temps. De son côté, Castle attendit que Kate soit endormie pour glisser dans les bras de Morphée à son tour. Mais alors qu’il était sur le point d’enfin bouger, Kate gigota dans son sommeil et vint enrouler son bras autour de l’écrivain, l’empêchant de faire le moindre mouvement. Mais ce qui lui fit perdre la tête, c’est de sentir le bras de Kate autour de lui et son visage niché au niveau de son épaule. Si son sommeil était profond, il ne le savait pas, mais elle était nichée contre lui. Son corps se détendit totalement, et il se fichait de ne pas pouvoir bouger. C’est avec le sourire qu’il rejoint les bras de Morphée, blottit dans ceux de Kate.

Petits prompts, chapitre 111.
Retour à l'accueil