Jamais deux sans trois... -M

 

Quatre ans. Il avait fallu quatre ans aux deux partenaires pour enfin franchir le pas et partager ces baisers fougueux et renversants qui leur avait fait perdre pied. Alors qu’elle était trempée et avait frôlé la mort quelques heures plus tôt, Kate était arrivée sur le palier du loft et avait ouvert son cœur à Castle. Le dos de la brunette avait ensuite rencontré, délicatement, la porte du loft avant qu’elle ne soit submergée par les baisers de Castle dévorant le haut de son corps tout entier. Ses genoux avaient manqué de lâcher prise avec l’effet que la chaleur de ses lèvres lui procurait. L’anticipation et l’attente de ce moment ne les avaient pas empêchés de prendre leur temps cette nuit-là. Ils avaient découvert les corps l’un de l’autre, partie par partie, parcelle de peau par parcelle. Kate avait laissé son partenaire prendre les choses en main, mais ce dernier n’avait pas hésité à inverser les rôles et lui permettre de s’épanouir autant que lui. Leurs cris de plaisir s’étaient parfois synchronisés avec l’orange qui touchait la ville de la Grande Pomme. Leurs caresses ne s’étaient jamais arrêtées, la danse de leurs langues n’avait à aucun moment cessé. Le plaisir que lui procurait Rick avait fait oublier à Kate les hématomes récents, encore en train de se former.

 

Plus tard dans la nuit, alors que l’orage s’était calmé et la pluie légèrement intensifiée, Kate était allongée, nue, dans le lit de son partenaire. Rick avait sa tête posée sur sa poitrine et dormait à poings fermés depuis maintenant une bonne heure. Son corps nu collé à celui de Kate la réchauffait. Perdue dans ses pensées, la jeune femme baladait doucement sa main dans les cheveux de celui qui venait de lui faire passer une partie de la nuit agitée – mais elle donnerait tout pour recommencer.

 

-« Je peux t’entendre penser, tu sais ; marmonna Rick, la tête toujours blottie contre les seins de la jeune femme.

-Tu es réveillé depuis longtemps ? »

 

Le tutoiement. Ils ne l’avaient utilisé que quelques fois, un peu plus tôt dans la nuit, entre leurs ébats passionnés et amoureux.

 

-« Depuis quelques secondes seulement. C’est vraiment confortable, tu sais ça ? fit remarquer Rick en posant l’une de ses mains à côté de son sein.

-Je suis ravie que ma poitrine soit à la hauteur de tes oreilles ; répondit Kate en riant.

-C’est encore meilleur. »

 

Rick releva enfin la tête et croisa le regard pensif de sa partenaire – petite amie ? Il vint replacer une mèche de cheveux derrière son oreille sans jamais la quitter des yeux.

 

-« A quoi est-ce que tu penses ? demanda-t-il, intrigué par ce qui l’avait fait se perdre dans ses pensées.

-A toi. A nous. A tout ce qui s’est passé avant que nous nous en arrivions là. Je n’arrive d’ailleurs pas à croire que ce soit enfin arrivé après toutes ces années.

-J’ai l’impression de vivre un rêve éveillé. Et pourtant, tout cela est bien réel ; répondit Rick, caressant son bras, sa hanche à l’aide de sa main. Tu es là, tu es avec moi. C’est tout ce dont j’ai toujours rêvé. »

 

L’écrivain se redressa légèrement pour venir capturer les lèvres de la jeune femme dans un tendre mais long baiser.

 

-« J’ai failli ne pas être là ce soir ; avoua Kate. Je te l’ai dit quand je suis arrivée, j’ai failli… j’ai failli mourir.

-Qu’est-ce qu’il t’a fait ? demanda Rick, le regard tendre avec une nuance de colère envers celui qui avait manqué de lui retirer la vie.

-Il m’a énormément frappée. J’essayais de me défendre du mieux que je pouvais, mais même un an après la cicatrice de l’opération tire encore. Il a pris le dessus et… il m’a mis des coups. Je dois avoir des dizaines de bleus un peu partout sur le corps ; dit Kate en riant, exaspérée de la situation. Mais je suis là maintenant. »

 

Les larmes aux yeux, Kate vint caresser tendrement la joue de Rick, celui qui lui avait sauvé la vie. Pas par sa présence, mais par sa pensée. Penser à lui, à tous leurs moments passés, leurs moments manqués, c’est ça qui avait permis à Kate de s’accrocher. Rick se redressa un peu plus et baissa les yeux pour regarder le corps de Kate. Les hématomes dont elle parlait étaient en train de se former, de bien apparaître. Si elle se sentit d’abord timide et gênée de voir Rick l’observer, elle se détendit presque aussi vite et le laissa l’admirer.

 

-« Je peux ? »

 

L’écrivain avait rapproché ses lèvres des côtes de Kate, l’un des endroits où des coups lui avaient été assénées. Elle comprit qu’il voulait embrasser chacun des hématomes qu’il verrait. Les larmes aux yeux, elle hocha la tête et pinça légèrement ses lèvres. Tendrement, Rick vint déposer ses lèvres sur ses côtes, à plusieurs reprises, mais toujours avec autant de délicatesse. Il se recula et admira son corps pour venir embrasser chacune des zones qui étaient touchées. Ses côtes, son ventre, son abdomen, ses bras. Toutes ses parties du corps eurent le droit à de tendres baisers. Enfin, Rick arriva au niveau de la cicatrice de Kate, celle qui se trouvait en bas de son ventre. Une fois de plus, il demanda l’approbation de cette dernière avant de faire quoique ce soit.

 

-« S’il te plaît. »

 

Elle ne lui donna pas son approbation, elle lui demanda de le faire. S’il y avait eu une certaine timidité entre eux au début, elle avait maintenant disparu. Rick embrassa sa cicatrice, à plusieurs reprises, et la caressa avant de remonter un peu plus haut, et déposer ses lèvres sur celle qu’elle avait entre les seins. Celle qui avait failli lui retirer la vie. Celle qui avait manqué de les empêcher de vivre ce moment, d’être ensemble. Kate prit son visage entre ses mains et l’attira jusqu’à elle pour enfin goûter à ses lèvres. Par ce baiser, elle tenta de lui faire passer tout ce qu’elle ressentait, de lui montrer que tout cela était réel et qu’il n’y avait aucun regret. Le baiser s’approfondit et leur besoin d’être au plus proche l’un de l’autre s’accentuait.

 

-« Kate… »

 

Leur première nuit n’était pas finie. Au contraire, elle ne faisait que commencer.

Amour, affection, passion.
Retour à l'accueil