Se déroule durant la première partie de la saisoN 4. -M

 

Castle n’avait pas mis les pieds au commissariat depuis près d’une semaine, et il ne reviendrait pas avant la prochaine. La raison ? Il était en tournée pour la promotion de la publication du dernier Nikki Heat, et ce à travers le pays. Par conséquence, Kate devait travailler sans entendre les théories loufoques de son partenaire. Le pire ? Devoir survivre sans le délicieux café qu’il lui ramenait tous les matins, parfois accompagné d’une viennoiserie. L’écrivain était aux petits soins avec Kate, parce qu’il était conscient qu’elle faisait passer son travaille avant tout le reste, dont elle-même. Il savait qu’elle n'avait besoin de personnes pour s’occuper d’elle : elle était la femme la plus forte, courageuse, indépendante qu’il avait rencontrée. Mais prendre soin d’elle et voir que ses petites intentions à son égard la faisaient toujours sourire, c’était tout ce dont il avait besoin. Mais durant deux semaines, il ne pouvait pas lui apporter son café et voir le sourire sur son visage. Surtout, il ne la verrait pas pendant deux semaines. Il y avait toujours les appels téléphoniques pour prendre de ses nouvelles et entendre sa voix, et bien évidemment pouvoir l’embêter avec ses théories et ses taquineries même à distance.

 

Kate était rentrée tard du travail et avait commandé à manger au vu du vide qui hantait son frigo et ses placards. Castle serait déjà arrivé en ayant pris à manger dans tous les restaurants de New York pour qu’elle soit rassasiée. La brunette se régala avec ses pâtes carbonara et son verre de vin rouge tout en lisant l’un de ses bouquins préférés : l’auteur n’était autre que son partenaire. Il lui manquait, et lire un livre qu’il avait écrit lui donnait l’impression qu’il était celui en train de lui lire l’histoire. Elle pouvait parfois entendre sa voix, son intonation. Concentrée dans sa lecture et arrivée à la fin de son assiette, son téléphone sonna. Elle pria pour que ce ne soit pas une nouvelle l’enquête qui l’obligerait à retourner au post plutôt que de se reposer. Son visage arbora une toute autre expression quand elle vit le nom du contact s’afficher.

 

-« Bonsoir, Castle.

-Bonsoir, Lieutenant. Je sais que je vous manque alors je me suis dit que j’allais vous appeler.

-C’est présomptueux de votre part, Castle.

-Un simple ressenti ; répondit ce dernier. Votre journée s’est bien passée ?

-Très bien, ça ne fait pas si longtemps que je suis rentrée. Et vous ? Pas trop mal au poignet ? »

 

Kate réalisa trop tard le double sens de sa question. La perche qu’elle venait de tendre à son partenaire était bien trop grande.

 

-« Je ne savais pas que nous étions devenus aussi intimes, Beckett ; répondit alors l’écrivain, fier de lui.

-A force de signer des bouquins, Castle ; rétorqua la brunette, levant les yeux au ciel.

-Ça va, je pense que je sentirai les centaines de bouquins signés à la fin de la tournée. Et ne vous en faites pas, j’ai signé le vôtre en premier.

-Je ne m’inquiète pas, je sais que vous pensez à votre fan préférée.

-Vous avouez donc que vous êtes une fan ? demanda l’écrivain, haussant son sourcil même si Kate ne pouvait pas le voir.

-Comme si vous ne le saviez pas, Castle. »

 

L’écrivain demanda à Kate comment s’était passée sa journée et la brunette lui raconta. Elle en profita pour lui raconter les derniers détails de l’enquête et la manière dont elle s’était terminée. Ce fut ensuite au tour de Castle de raconter sa journée et les aventures de sa tournée. Après avoir passé près d’une heure au téléphone, l’écrivain proposa à Kate de s’appeler, mais en vidéo cette fois.

 

-« Je vous manque autant que ça ? demanda Kate pour le taquiner.

-Je veux juste m’assurer que tout va bien. »

 

Le ton de la conversation était redevenu sérieux. Kate arrangea ses cheveux et son haut avant que Castle ne l’appelle. Elle n’avait pas bougé de son canapé depuis qu’elle avait terminé de manger. Elle s’installa contre le dossier et vit la tête de son partenaire apparaître sur son écran. Un sourire apparut sur leurs deux visages. Castle portait un t-shirt et avait les cheveux ébouriffés. Kate pouvait voir qu’il était déjà installé dans le lit de sa chambre d’hôtel.

 

-« Vous devriez dormir la nuit, Kate.

-Vous savez comment flatter une femme, Castle.

-Je ne dis pas ça en mal, vous êtes splendide. Vous savez ce que je veux dire.

-Si vous vouliez me voir juste pour constater ça, je pense que je ne vais pas vous réserver un bel accueil pour votre retour la semaine prochaine.

-Non, non ! Je… je voulais vous voir. Ça rend la chose… plus réelle.

-Je suis d’accord. »

 

Les deux partenaires continuèrent de discuter. Kate plaça son téléphone sur son lit le temps de se rafraîchir le visage et mettre son pyjama. Elle se glissa sous les draps et mis l’oreiller dans son dos pour se maintenir.

 

-« Vous me manquez ; finit par dire Castle en regardant Kate à travers son écran.

-Vous me manquez aussi, Castle. »

 

Ce dernier ne s’attendait pas forcément à ce que Kate réponde immédiatement mais elle n’attendit pas une seconde pour lui avouer le manque qu’elle ressentait.

 

-« Il ne reste qu’une semaine avant que je revienne vous embêter.

-J’ai hâte. Vraiment.

-La deuxième semaine va passer plus rapidement que la première. »

 

Kate espérait que ce soit vrai. Elle ignorait si c’était la fatigue, mais ce soir elle était assez transparente sur ses sentiments. Elle se sentait à l’aise, tellement à l’aise qu’elle s’allongea sur le côté et plaça son téléphone contre l’oreiller d’à côté. Castle finit par se mettre dans la même position qu’elle mais de l’autre côté du lit.

 

-« J’ai l’impression de dormir avec vous ; dit ce dernier en souriant.

-Je sais que ça ne vous déplairait pas.

-Je ne vais pas dire le contraire. »

 

Kate ressentait légèrement la fatigue mais ne se sentait pas prête à dormir. Cependant, Castle remarquait que ses paupières avaient tendance à se fermer, parfois plus longtemps.

 

-« Vous voulez que je vous raconte une histoire pour vous endormir ? »

 

Kate marmonna une réponse mais Castle comprit qu’il s’agissait d’un oui. Il improvisa une histoire et la conta, tout en voyant Kate qui arrêta de lutter contre le sommeil. A peine dix minutes plus tard, elle avait rejoint les bras de Morphée. Castle ne raccrocha pas pour autant. Il la regarda dormir un peu avant de terminer l’appel et rejoindre Kate dans les bras de Morphée.

 

Le lendemain matin, Kate entendit son réveil au loin mais bougea son bras pour l’arrêter. Elle ouvrit les yeux et vit que son portable n’avait pas bougé. Elle l’attrapa et vit la notification d’un message de son partenaire. Elle déverrouilla son écran et vit que le message était accompagné d’une photo. C’était elle qui dormait paisiblement, un léger sourire sur son visage.

 

J’avais encore plus envie de dormir avec vous en vous voyant aussi apaisée. Vous êtes mignonne quand vous dormez. J’espère que votre nuit vous fera le plus grand bien. C’est une nuit en moins avant de se retrouver. Je vous embrasse. Rick.

 

Le sourire qui illumina le visage de la brunette resta le même tout au long de la journée, ce qui lui valut d’ailleurs des remarques de la part de ses amis. Et le soir-même, Castle ne l’appela pas normalement mais opta pour l’appel vidéo directement.

 

 

Histoire du soir.
Retour à l'accueil